La Guyane : Une terre de fleuves

12 Avr 2023 | Faune et Flore tropicales, Guyane

La Guyane française est connue pour sa faune et sa flore, mais aussi pour la grande diversité d’espèces qu’on peut trouver, allant de l’oiseau au jaguar. Toute la biodiversité de ce pays d’Amérique du Sud s’organise autour de ces nombreux fleuves et jouent un rôle important dans l’économie. Si vous voulez en savoir plus, voici quelques fleuves de la Guyane.

Le Maroni : plus long fleuve de Guyane

Il est le plus long fleuve de Guyane, avec une longueur de 611 km, et sert de frontière naturelle avec le Suriname. Il est également le deuxième plus grand bassin versant de la région, couvrant une superficie de 64 750 km².

Le fleuve Maroni est également important pour la production d’énergie hydroélectrique, avec la centrale hydroélectrique de Petit-Saut qui fournit environ 60 % de la production d’électricité en Guyane.En termes de débit, le Maroni est le plus important fleuve de Guyane, avec un débit moyen de 4 000 m³/s.

L’Oyapock

C’est le deuxième plus grand fleuve de Guyane, avec une longueur de 370 km, et sert de frontière naturelle avec le Brésil. Le bassin versant de l’Oyapock couvre une superficie de 33 670 km². Le fleuve est également important pour la biodiversité, abritant des espèces endémiques telles que le poisson-chat d’Oyapock et le cichlidé d’Oyapock.

L’Approuague : un fleuve tourné vers l’Océan

C’est un fleuve côtier de 96 km qui se jette dans l’océan Atlantique. Son bassin versant couvre une superficie de 2 120 km² et il est important pour la biodiversité, abritant des espèces endémiques telles que le poisson-chat d’Approuague et le cichlidé d’Approuague.

Le Sinnamary

C’est l’un des plus grands fleuves de Guyane avec une longueur de 130 km. Son bassin versant couvre une superficie de 8 400 km² et il est important pour la production d’énergie hydroélectrique, avec la centrale hydroélectrique de Sinnamary qui fournit environ 20 % de la production d’électricité en Guyane. Ce fleuve  a un débit moyen de 400 m³/s.

La Mana

C’est un autre fleuve important qui se jette dans l’océan Atlantique. Son bassin versant couvre une superficie de 12 700 km² et il est important pour la production d’énergie hydroélectrique, avec la centrale hydroélectrique de Petit-Saut qui fournit également de l’électricité à partir de la Mana. Ce fleuve  a un débit moyen de 600 m³/s.

En savoir plus Top 10 des lieux à visiter en Guyane

Des populations tournées vers les fleuves

Les peuples des fleuves en Guyane sont principalement composés d’Amérindiens et des Bushinengue. Ces communautés ont développé des modes de vie et des cultures uniques, en harmonie avec leur environnement naturel et leur histoire.

Les Amérindiens sont les peuples autochtones de la Guyane. Ils représentent environ 3 % de la population totale de la Guyane et sont principalement concentrés dans les régions du fleuve Maroni et de l’Oyapock.

Les principales communautés amérindiennes en Guyane sont les Wayana, les Teko, les Kali’na, les Palikur et les Lokono. Les Amérindiens de Guyane ont des traditions et des modes de vie uniques, basés sur la chasse, la pêche, l’agriculture et l’artisanat. Ils sont également connus pour leur connaissance de la médecine traditionnelle et de la pharmacopée végétale.

peuples vivant près des fleuves de Guyane

Les Bushinengue sont les descendants des esclaves africains qui ont fui les plantations et se sont réfugiés dans les forêts le long du fleuve Maroni. Ils ont créé des communautés indépendantes, appelées « palenques », qui ont développé une culture et une langue créoles uniques, mélangeant les traditions africaines, amérindiennes et européennes.

Les Bushinengue pratiquent l’agriculture, la pêche et l’artisanat, et sont connus pour leur musique et leur danse traditionnelles.

Ces communautés sont confrontées à des défis tels que la préservation de leur culture et de leur environnement, la lutte contre la pauvreté et l’accès aux services de base tels que l’éducation et la santé.

La Guyane : une terre de fleuves

Les activités liées aux fleuves en Guyane sont la pêche, qui est une ressource économique importante pour les communautés riveraines. Environ 3 000 personnes travaillent dans le secteur de la pêche dans la région, avec une production annuelle d’environ 1 000 tonnes de poissons.

Les sports nautiques tels que le canoë, le kayak et le rafting sont également populaires sur les rivières. Enfin, le tourisme est une activité en croissance en Guyane, avec des croisières fluviales et des excursions pour découvrir la faune et la flore des rivières guyanaises.

La biodiversité des fleuves en Guyane sont très riches, avec une grande variété de poissons, de mammifères, d’oiseaux et de plantes. On estime qu’il y a environ 300 espèces de poissons dans les rivières guyanaises, dont certaines sont endémiques à la région. Les rivières guyanaises abritent également des animaux tels que le jaguar, le caïman, le singe hurleur et le toucan.

espèce d'oiseau en Guyane

Des enjeux importants

La gestion de l’eau est un enjeu majeur en Guyane, en raison de la forte demande pour l’irrigation, la production d’énergie hydroélectrique et la consommation domestique.

La réglementation de l’accès à l’eau est un sujet sensible, car elle peut avoir un impact important sur les populations locales qui dépendent de l’eau des rivières pour leur subsistance. Selon un rapport de l’Agence de l’Eau Guyane, la disponibilité en eau est inégale et la qualité de l’eau est souvent altérée par les activités humaines.

Les effets du changement climatique sont de plus en plus perceptibles en Guyane, avec des phénomènes tels que des sécheresses prolongées, des inondations et des tempêtes tropicales plus fréquentes et intenses.

Ces changements ont un impact direct sur les fleuves de Guyane et les populations locales qui en dépendent. Selon un rapport du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC), les températures moyennes en Guyane devraient augmenter de 1,5 à 2,5°C d’ici à 2050.

La biodiversité des fleuves de Guyane est exceptionnelle, avec une grande variété d’espèces de poissons, d’oiseaux et de plantes. Cependant, la déforestation, la pollution, la surpêche et l’introduction d’espèces invasives menacent la biodiversité des fleuves de Guyane. Selon un rapport de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), plus de 70 % des espèces de poissons en Guyane sont menacées d’extinction.

Enfin, la lutte contre l’orpaillage illégal est un autre enjeu majeur en Guyane, car cette activité peut entraîner une pollution de l’eau et des sols ainsi qu’une destruction de la biodiversité des rivières.

A lire aussi 

Cuba est-elle encore une référence en chirurgie ?

Cuba est-elle encore une référence en chirurgie ?

Depuis des décennies, Cuba s'est forgée une réputation mondiale dans le domaine de la chirurgie, malgré les restrictions imposées par les embargos économiques et politiques. Mais cette nation insulaire est-elle toujours à la pointe en matière de chirurgie aujourd'hui...